Comment bien choisir ses sources d’oméga 3 ?

Les omégas 3 sont des lipides essentiels au maintien d’une bonne santé. Pour atteindre la quantité d’oméga 3 requise, il est nécessaire d’en consommer dans les nutriments, mais également d’avoir recours à une supplémentation. Cependant, pour bien choisir ses omégas 3, il ne suffit pas seulement de savoir où les trouver, mais aussi, il faut opter pour des produits de qualité permettant de combler vos besoins. Pour y parvenir, il est conseillé de vous procurer de l’huile de poisson issue de la pêche durable auprès de votre vendeur de produits bio. Pour en savoir plus sur les acides gras, suivez notre guide.

Qu’est-ce que les omégas 3 ?

Les omégas 3 sont des acides gras essentiels issus des poissons gras. Le corps humain n’est pas en mesure de les synthétiser par lui-même, c’est pourquoi il est indispensable d’en consommer par l’alimentation et au moyen des compléments alimentaires. L’huile de foie de morue est l’une des sources principales d’oméga 3 les plus reconnues. Les principaux acides gras sont :

• L’acide docosahéxaénoïque (DHA);

• L’acide eicosapentaénoïque (EPA);

• L’acide alpha-linoléique (ALA).

Comment bien choisir son complément d’oméga 3 ?

La majorité des suppléments alimentaires à base d’acides gras omégas 3 ne proviennent pas de matières premières sélectionnées avec soin. Pourtant, il est impératif d’exiger une certaine qualité pour ce qui concerne les suppléments alimentaires, car il en va de votre santé. Pour bien choisir vos sources d’omégas 3, il faut s’assurer que les produits proviennent des techniques de pêche respectueuses des normes d’élevage. En d’autres termes, le produit doit garantir au consommateur les meilleures conditions d’exploitation. Cela veut dire qu’il doit être fabriqué par un procédé durable et respectueux de la vie marine. Par ailleurs, les suppléments alimentaires à base d’omega 3 ne doivent ni contenir des métaux lourds ni provenir d’un environnement pollué. Pour cela, il est préférable d’exiger le label MSC qui certifie que le produit est issu d’une zone protégée par la FAO et respecte convenablement les règles de la pêche éco-responsable. Les omégas 3 fabriqués par les laboratoires « unae » sont une bonne référence, car ils proviennent d’huile de poissons sauvages et ont une forte concentration en DHA et en EPA. Pour bien choisir vos compléments alimentaires riches en oméga 3, choisissez la charte qualité « unae » ou tout autre complément certifié MSC pêche durable. Par ailleurs, il convient de vérifier la provenance des omégas 3 et leur teneur en acides gras EPA et DHA. Certaines marques de compléments alimentaires mettent simplement des graisses de poissons sous gélules sans toutefois préciser leur teneur en acides gras. En principe, un bon complément d’oméga 3 doit contenir dans chaque gélule de 1000mg au moins 180 mg d’EPA et 150 mg de DHA.

Quels sont les aliments riches en oméga 3 ?

Il est fortement recommandé d’apporter au corps des omégas 3 par une alimentation riche en acides gras essentiels. Il faut souligner que certaines plantes contiennent des omégas 3 sous forme d’ALA, cependant, les différentes études ne révèlent qu’une faible conversion d’ALA en DHA et en EPA. L’acide alpha linoléique se retrouve principalement dans les huiles de lin, de colza, de noix ou de germe de blé. Les graisses de poissons naturelles (triglycérides) représentent la forme la plus assimilable et la plus stable en oméga 3. Privilégiez les produits contenant des huiles de poissons sauvages tels que le saumon, le thon, le maquereau, le hareng, etc.), pêchés dans des zones protégées ou dans un environnement rigoureusement contrôlé loin de toute trace de pollution et d’OGM. Les personnes consommant peu d’huile peuvent compenser leur apport en oméga 3 en cuisinant avec du beurre allégé élaboré à partir de ces huiles. On peut par exemple utiliser de la margarine riche en oméga 3 pour tartiner son pain ou pour cuisiner les légumes. De plus, les noix et les graines sont très riches en omégas 3. Vous pouvez saupoudrer quelques soupçons de graines de lin en poudre bio sur vos salades ou déguster vos noix lors de vos encarts. Une poignée de noix fournit presque la totalité de l’apport journalier conseillé. Certaines viandes comme l’escargot, le lapin, les biches ou le chevreuil peuvent aussi constituer de bonnes sources d’ALA. Le tamara et le surimi associé à l’huile de colza représentent également une bonne source d’omega 3. Parmi les légumes, le pourpier et les épinards constituent les plus grandes sources d’ALA. Pour finir, on peut trouver en faible quantité d’oméga 3 dans certains yaourts, œufs, laits et fromages issus d’animaux consommant des végétaux riches en ALA. Les apports quotidiens conseillés sont les suivants : 2,5 g d’ALA pour un homme et 2 g pour une femme. Par contre, la dose sera de 250 mg d’EPA et 250 mg de DHA.

Quels sont les bienfaits des omégas 3 ?

Plusieurs études ont démontré les bienfaits incontestables des omégas 3 sur l’organisme et leur capacité à améliorer de façon notable l’état de notre métabolisme. Au nombre des bienfaits apportés par les omégas 3, on peut dire :

• Renforce l’immunité et l’activité neuronale : le DHA contribue à améliorer le fonctionnement du cerveau et stabilise l’équilibre nerveux.

• Prévient les maladies cardiovasculaires : ces substances favorisent une bonne santé cardiovasculaire et luttent contre certains cancers (cancer de la prostate, du côlon ou du sein).

• Améliore les fonctions cérébrales : un apport adéquat d’acide oméga 3 permet de retarder la dégénérescence liée à l’âge (DMLA) et de prévenir les maladies neurologiques (Alzheimer, démence, dépression, etc.). En effet, l’EPA et le DHA jouent un rôle dans le bon fonctionnement cérébral chez l’adulte. Ils exercent un effet positif sur le maintien de la santé mentale.

• Combat les risques d’ostéoporose : l’utilisation des suppléments riches en oméga 3 aurait une incidence bénéfique contre la dégradation des cellules osseuses.

• Renforce les cheveux et les ongles : les acides omégas 3 jouent un rôle important dans le bien-être ainsi que la beauté ongulaire et capillaire.