Avortement, IVG, conseils : trouver un praticien

L’interruption volontaire de grossesse (IVG) peut se faire par la prise de médicaments, soit dans un centre spécialisé, soit dans le cabinet d’un médecin ou d’une sage-femme. En France, l’avortement est autorisé jusqu’à douze semaines de grossesse depuis la loi Veil de 1975. Toutefois, de nouvelles mesures ont renforcé ce droit. Le point sur les différentes techniques : médicales ou chirurgicales.

Où et quand pratiquer un avortement médicamenteux ?

L’avortement médicamenteux est l’un des deux procédés approuvés pour mettre fin à une grossesse non désirée en France. Il est plus populaire que l’IVG chirurgicale, mais il n’est pas adapté à toutes les circonstances. L’IVG par médicaments peut être prescrit par un médecin généraliste, une sage-femme (depuis juin 2016) ou un gynécologue dans une clinique spécialisée, un service hospitalier dédié ou en médecine de ville. Cette pratique est réservée aux médecins qui répondent à certains critères légaux, et qui ont conclu un accord avec un hôpital de référence. L’IVG médicamenteux peut être pratiqué sans menstruation en ville jusqu’à 7 semaines, c’est-à-dire 5 semaines de grossesse. Lorsque l’avortement est pratiqué dans un centre (hôpital ou clinique), cette période peut être prolongée jusqu’à 9 semaines sans menstruation. À moins que l’IVG ne soit pas pratiqué par votre médecin, celui-ci vous donnera le nom d’un praticien ou d’un système pratiquant l’opération. Il doit vous retourner votre demande et vous délivrer un certificat attestant que vous avez respecté les mesures préliminaires requises.

Avortement chirurgical ou par aspiration

L’IVG chirurgicale consiste en une aspiration d’ovule. Elle a lieu généralement dans un établissement de santé (hôpital ou clinique agrée pour pratiquer des avortements). Le traitement dure de 5 à 10 minutes et se fait sous anesthésie locale ou générale. Dans le premier cas, l’hospitalisation dure environ trois heures ; dans le second, quatre à six heures après le réveil. Cette forme d’IVG peut présenter certaines contre-indications, notamment en ce qui concerne l’anesthésie. Au cours de la neuvième semaine d’aménorrhée (AS), l’avortement chirurgical est obligatoire, mais avant cette période, la femme peut choisir de l’arrêter. Après un avortement par aspiration sous anesthésie locale, des contractions et des douleurs peuvent encore se produire pendant quelques minutes. A sa sortie de l’hôpital, la patiente doit être suivie. Cette méthode est une procédure chirurgicale, et le risque zéro n’existe pas. Cependant, les complications sont extrêmement rares.

Après un avortement : ce qui est important

Si vous le pouvez, prévoyez d’y aller doucement dans les jours ou les deux jours qui suivent un avortement. Vos hormones se rééquilibrent, et vous pouvez vous sentir mal, fatiguée et avoir envie de vous reposer. Un rendez-vous de suivi est parfois recommandé après un avortement médicamenteux pour s’assurer que l’IVG est complet. Lors de ce rendez-vous, votre prestataire de soins peut effectuer un examen rapide, une analyse de sang et une échographie. Votre prestataire de soins vous posera également quelques questions sur votre expérience. En général, aucun rendez-vous de suivi n’est nécessaire après un IVG par aspiration, sauf en cas de complications. Après un avortement précoce, il faut généralement compter entre 4 et 6 semaines pour que les règles reviennent à la normale, mais il est fréquent que les premières phases et les premiers cycles soient légèrement irréguliers. Le suivi peut être un moyen utile de noter les saignements dus à l’avortement et les signes tels que les seins douloureux, les crampes et les nausées. La décision de se faire avorter peut être difficile ou facile. Pour certains hommes, c’est une période difficile, pour d’autres, c’est clair. Chaque individu est différent et chaque situation est unique. Les avortements ont lieu pour des naissances désirables ou non, pour des raisons diverses. Certaines personnes peuvent trouver utile de parler à des amis, à la famille ou à un partenaire. Vous devriez également demander à votre médecin des informations supplémentaires sur ce que vous devriez faire la prochaine fois, par exemple utiliser un type de contraception spécifique, pour éviter d’avorter à chaque fois.