Y-a-t-il un âge limite pour consulter un gynécologue ?

Beaucoup de femmes pensent que faire un suivi ou un examen gynécologique après 60 ans n’est plus nécessaire. Pourtant, bien qu’ils soient dissemblables, les problèmes reliés à la gynécologie restent une réalité. Quel que soit l’âge, une consultation auprès de ce spécialiste reste donc toujours et vivement conseillée. D’ailleurs, quel que soit l’âge, l’assurance-maladie applique des taux de remboursement similaires.

Jusqu’à quel âge peut-on consulter un gynécologue ?

Consulter un gynécologue peut se faire dès le commencement de l’activité sexuelle. En fonction des problèmes, des besoins et des âges, consulter un gynécologue doit se faire au minimum tous les deux ans. Entre 15 et 20 ans, les consultations permettent de réaliser un point global : moyens de contraception, prévention des IST, soucis relatifs aux menstruations… Entre 20 et 40 ans, la consultation d’un gynécologue doit s’effectuer tous les ans, avec un frottis à faire tous les deux ans. Notez qu’un frottis est fait en vue de dépister un cancer de l’utérus. Entre 40 et 50 ans, vous devez effectuer une mammographie (pour voir notamment s’il y a des antécédents de cancer de sein dans les membres de famille) ainsi qu’un frottis au maximum tous les deux ans. Et bien que de nombreuses femmes pensent qu’avec la ménopause, il n’est plus utile d’aller chez un gynécologue, ce n’est pas du tout le cas. En effet, avec un suivi au cours de la ménopause, l’on peut prévenir et dépister un cancer, par exemple. D’ailleurs, depuis 2003, l’assurance-maladie destinée aux femmes de 50 à 74 ans prend en charge à 100 % la mammographie de dépistage tous les deux ans. Après l’âge de 65 ans, il ne faut pas arrêter les examens gynécologiques.

Les raisons de consulter un gynécologue

Vous l’avez donc compris. Nombreuses sont les raisons de consulter un gynécologue ou même un obstétricien. Parmi celles-ci, nous pouvons citer : les menstruations douloureuses, des douleurs intimes, une contraception, un suivi de gestation, un problème de fertilité et la ménopause. Ces moments importants rythmant la vie des femmes requièrent un suivi auprès d’un gynécologue et obstétricien. Et la connexion entre les patientes et leurs gynécologues ou obstétriciens s’amplifie année après année autour de leur intimité. Pourtant, nombreuses sont les femmes qui pensent qu’après l’âge de 55 ans, effectuer des suivis après d’un gynécologue ou encore un obstétricien n’est plus très indispensable. Or, les consultations restent utiles, comme il est dit plus haut, ne serait-ce que pour un dépistage de quelques maladies et infections.

A n’importe quel âge, les remboursements sont les mêmes

Quel que soit donc votre âge, en étant assurée, sachez que l’assurance-maladie applique des taux de remboursement similaires, pour un examen particulier ou une consultation chez un obstétricien ou un gynécologue. Pour les mutuelles, c’est la même chose. Pour une sexagénaire, comme pour une jeune femme, elles assurent de la même manière le complément de remboursement. Après la ménopause, c’est donc une erreur de négliger les garanties relatives aux actions gynécologiques. En effet, c’est en vieillissant que les risques de cancer sont plus élevés. Ainsi, en souscrivant une mutuelle senior, vérifiez que serez couverte totalement sur les consultations et actions gynécologiques. Il vous est conseillé d’utiliser un comparateur d’assurances et de mutuelles pour trouver celles qui remboursent efficacement les dépenses relatives aux consultations chez l’obstétricien ou le gynécologue.